Requin Chagrin : un groupe français à croquer

 

Ils s’appellent Marion (chant, guitare), Grégoire (basse), Yohann (claviers) et Romain (batterie) et forment l’un des plus beaux spécimens du rock français actuel. Après un premier album sorti il y a presque un an, Requin Chagrin enchaîne les concerts à travers l’Hexagone et entraîne jour après jour un plus large public dans son sillage. Après avoir figuré N°1 de notre podium coups de cœur chatmallow – albums pop rock 2016, nous ne pouvions manquer l’occasion d’une interview en bonne et dûe forme…

Depuis quand existe le groupe ? Racontez-nous un peu votre rencontre…

Marion Brunetto a enregistré et publié la première chanson (Adélaïde) fin 2014.  Le label Parisien La Souterraine l‘a relayée dans une de ses compilations et a proposé un premier concert le 7 mai 2015. Le truc, c’est qu’à ce moment-là, le groupe n’existait pas ! Alors Marion a appelé Yohann Dedy et Grégoire Cagnat qu’elle connaissait déjà. Romain Mercier-Balaz a rejoint le groupe peu de temps après, après avoir rencontré Marion à l’occasion d’un concert qu’elle donnait avec l’un de ses autres groupes « Les Guillotines ». Voilà, Requin Chagrin était constitué, prêt pour ce fameux 1er concert du 7 mai 2015.

Pourquoi avoir choisi le nom « Requin Chagrin » ?

Marion a découvert le requin chagrin sur Google qui est une véritable espèce de requin. Elle s’est éprise de sa face de requin raté. Il ne fait pas vraiment peur, le pauvre ! Et puis ça sonne bien. Par la suite, on a appris que c’était le titre d’une chanson de Michel Sardou et Mireille Darc, ainsi que le nom d’un long-métrage et aussi le nom d’un bar à Paris.

La joyeuse bande réunie. crédit photo : Foucault Serrurier

Vous avez joué de nombreux concerts à travers le pays, et même un peu au-delà des frontières. Quels sont vos meilleurs souvenirs ou anecdotes de tournée ?

On a beaucoup aimé revenir jouer à Lille en novembre 2016. C’était vraiment un super concert. D’ailleurs, on passe un coucou à Bains de Minuit Production ! Mais on a aussi passé des moments exceptionnels à Bruxelles, Hyères, Paris, Nantes, Rennes et beaucoup d’autres…Pour les anecdotes, il faut venir à nos concerts en fin de tournée. C’est souvent l’occasion de faire la fête. Ce fut clairement le cas à Clermont-Ferrand et à Limoges, où on a croisé quelques renards…

Sur votre album, d’un titre à l’autre, on constate des références solides et très typiques du rock des années 60, ou de la new wave…Ces arrangements sur vos mélodies sont dignes de ce genre de popote efficace comme les grands groupes anglo-saxons savent offrir. Vous avez grandi avec quels artistes ?

Marion est influencée par une espèce de mélange entre la pop garage 60’s et toute sa mélancolie dans les mélodies, on la doit à une influence puisée chez certains groupes des années 80, le tout enregistré en DIY (Cabine d’isolation vocale de type artisanal dans le but d’obtenir un rendu sonore bien spécifique. DIY pour « Do It Yourself »). Au-delà du groupe, chacun a ses passions musicales, qui n’influencent pas nécessairement le travail artistique du groupe. On a par exemple Greg qui adore les Smashing Pumpkins, Electrelane, Deportivo ou encore The Chameleons…des groupes quand même bien différents de Requin Chagrin.

Pour connaître votre premier album par cœur et pour vous avoir vu jouer en live, nous avons noté en concert quelques titres inédits et fort bien sympathiques. Ma question, vous la voyez venir : Un 2nd opus serait-il actuellement en chantier ?

Déjà niveau actu, on peut vous dire qu’un 45 tours sort en partenariat avec Magic RPM, La Souterraine et Labomatic Studios. C’est un split EP de 3 chansons avec notre ami le chanteur et compositeur Rémi Parson, qui habite en Angleterre. D’ailleurs, nous avons joué avec lui ce jeudi 23 février le titre « Brexit » lors de notre concert au Point Ephémère à Paris. Et sinon, oui, en effet, nous jouons depuis quelques mois deux chansons qui ne sont pas sur notre premier album, « Tivoli » et « Mauvais présage ». D’autres vont suivre. De nouvelles chansons sont en chantier et d’autres ont été enregistrées cet hiver à Ramatuelle, en traînant dans le 4 pistes K7 de Marion. Ca va se préciser dans pas trop longtemps…

Des nouvelles chansons sont en chantier

En concert, vous avez toujours un requin gonflable que vous lâchez sur scène. Sauriez-vous dire environ combien de requins vous avez jeté en pâture dans la foule déchaînée ?

Martin ! C’est son prénom. Et il a quelques dizaines de frères et sœurs. Ils finissent parfois bien…et parfois mal (RIP, les Martin de Lille et Bordeaux). La couveuse de Martins est chez Greg. Ils y suivent un entraînement de haut-niveau et un régime alimentaire très strict pour être au top de leur forme à chaque concert. Au Point Ephémère, on a tenté un nouveau requin…volant et téléguidé !

Un premier album magnifique, une popularité croissante et méritée, et puis vous êtes à l’affiche du FAIR 2017. Comment vous vivez tout ceci ?

On repassera question popularité mais on adore le reste. Quand au FAIR, c’est une chance incroyable. Formations, aides aux tournées, conseils juridiques, concerts « FAIR, Le Tour », etc…Rencontrer les autres lauréats est aussi très enrichissant. On partage d’ailleurs des scènes bientôt avec Johnny Mafia et Radio Elvis !

Alors comme ça, vous avez croisé Etienne Daho qui vous adore. C’était où et quand ? Qu’est-il sorti de cette rencontre ?

C’est lors de l’édition 2016 du Midi Festival que ça s’est passé. Etienne Daho était le président d’honneur. Il aime la photo et a tiré le portrait de tous les groupes participant au festival. Ce qui est marrant, c’est qu’il nous a dit aimer notre album au moment où on rentrait dans le studio. Le genre d’annonce qui te fait perdre ta langue héhé… On a fait une séance assez longue avec lui et il nous a assez mis à l’aise alors qu’on n’est pas copains avec les appareils photo. Bien joué ! Puis, on l’a recroisé sur le festival. C’était bien sympa. Quelques jours plus tard, tu percutes que tu as rencontré l’homme derrière « Pop Satori », « Eden » ou encore « Les chansons de l’Innocence retrouvée ». Et tu atterris.

crédit photo : Etienne Daho himself

Il y a d’autres artistes renommés que vous avez croisé depuis, et qui vous ont aussi fait quelques compliments ?

Sans aller jusqu’à la fan attitude, on est contents d’avoir su que Nicolas Sirkis (Indochine) appréciait l’album. On a eu la chance de le rencontrer aux Transmusicales, après notre concert. C’était une super rencontre. Sinon, les Johnny Mafia ont acheté notre disque et nous le leur. Ça fait plaisir.

On est contents d’avoir su que Nicolas Sirkis appréciait l’album

S’il y avait un artiste ou un groupe avec qui vous aimeriez jouer en direct à la TV à une heure de grande audience, ce serait ?

Nicolas Sirkis, Rémi Parson…Michel Sardou !

Sinon, lequel de vous quatre est le plus geek ?

Question informatique, c’est certainement Yohann ! Si on parle guitares et annonces de matos sur Le Bon coin, c’est Marion !

Hormis la musique, qu’est-ce qui vous parle question pop-culture et qui a marqué votre adolescence ?

Pour Greg, ça a été les comics américains de chez Marvel et je sais que pour Marion, c’était DragonBall Z et…le saucisson !

Vous êtes allés faire un tour sur Chatmallow. Y a t-il un article qui a retenu votre attention ?

Greg a découvert 22.11.63  grâce à l’un de vos articles. C’est une superbe série !

Bon, nous sommes fin février, il y a encore 10 mois dans l’année. On peut donc encore souhaiter que 2017 sera pour Requin chagrin l’année… ?

Deumildissayte, anai de la feyte ! Ce sera aussi l’année du rosée.

Merci à vous ! Et à tantôt, les Requin chagrin !

Propos recueillis par Vince
Toute l’actu du groupe ici :
fr-fr.facebook.com/chagrin.requin/
souterraine.biz/album/requinchagrin

 

 

 

 

Allez vas-y partage !

Vince

Geek de tout

vince-coen has 5 posts and counting.See all posts by vince-coen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *