Mon Podium Pop Rock de l’année 2016

J’ai un domaine musical où je pique assez souvent une tête en quête de l’album coup de cœur. Cette année, j’ai aimé bon nombres d’albums de pop rock et rock indé. Tellement qu’il me fut difficile d’établir un top 3. Mais j’y suis parvenu. Voici mon podium pop rock pour cette année 2016 !

Numéro 3 : Shearwater – Jet Plane & Oxbow

 

Aux Etats-Unis, on les connaît fort bien. Forts de 9 albums, les Shearwater ont signé leur dernier opus « Jet Plane and Oxbow » sous le signe du tube planétaire (non, ce n’est pas exagéré), à plusieurs titres (de l’album, évidemment). Et pourtant…zéro traces sur nos ondes FM. Que fait Camille Combal ? En espérant qu’il les connaisse un petit peu au moins, le semi-clone en version supportable de Hanouna devrait, espérons-le faire l’effort de passer au moins un petit morceau de cette œuvre pop rock impeccable sur Virgin Tonic. Sorti en tout début d’année 2016, « Jet Plane and Oxbow » est comme disait à une certaine époque dans une certaine émission Jean-Luc Lemoine « l’album de la maturité » (vous avez le droit de commenter mes références discutables) pour la bande à Jonathan Meiburg, entre-autres auteur d’un titre malheureusement prédicateur « Quiet Americans » (Vous savez qui est leur nouveau Président, comme tout le monde…) Pour les amateurs d’anciens groupes et les 35-55 ans, vous constaterez que leur musique ressemble fortement à du Talk Talk, grand groupe des années 80. Surtout en ce qui concerne le timbre de voix du chanteur. Mais les sujets traités dans les titres (qui ne sont pas sans engagement) sont bien en phase avec notre actualité. Que vous aimez ou que vous ne comprenez pas l’anglais, sachez que ça s’écoute comme du Coldplay (registre différent, of course) et les mélodies vont vous séduire en un tour de main. Du Pop Rock comme vous devriez aimer. Pour tous et à écouter partout. Mon gros coup de coeur de l’année, vraiment ! P.S : Même Robert Plant est fan (Led Zeppelin).

 

Numéro 2 : The Late Call – Golden

 

The Late Call, c’est un peu ce qu’un groupe comme Coldplay (oui, je fais référence à eux déjà un peu plus haut) aurait toujours du produire comme son dans la continuité de leur 2e opus « A Rush of blood to the Head ». Les aficionados comprendront ce que je veux dire…seulement après avoir écouté ce bijou de pop rock qui m’a réchauffé mon été passé dans le Nord-Pas-de-Calais (ou Hauts-de-France, oui c’est vrai…) The Late Call, c’est l’histoire de Johannes Meyer, un type jeune et cool, allemand et qui vit à Stockholm, mais qui a les Beach Boys, et l’ADN d’un surfer de plage Californienne dans les veines (en même temps, ça va toujours de paire). Songwriter sur trois 1ers albums plus intimistes, le type décide pour sa 4e oeuvre baptisée « Golden » d’inviter des potes et de la jouer groupe de rock indé pur et dur. Ajoutez à cela une voix (encore une voix spéciale, décidemment) et des arrangements qui semblent poursuivre le boulot de la bande à Chris Martin sans s’écarter de ce chemin lumineusement mélodique abandonné dans la moitié de X&Y. C’est simple, vous ferez croire à n’importe qui que c’est du Coldplay inédit de la belle époque. Exemple le plus frappant, le titre « Carry » ou encore « Pickpocket » où le mimétisme atteint son apogée. Et pourtant, The Late Call, ils sont allemands et suédois. Bin mince alors. P.S : je confesse que l’album est sorti mi-2015. Mais c’est pour moi une découverte coup de cœur survenue en 2016.

Numéro 1 : Requin Chagrin – Requin Chagrin

 

Coup de cœur éternel pour moi, surtout après avoir vu ce que ça donnait en live au Biplan à Lille en novembre dernier. Quand tu entends Requin Chagrin, ça sent le surf, tes vacances au camping et ta copine de l’été qui a préféré sortir avec l’autre qui savait jouer du Roy Orbison à la guitare au coin du feu, et le bon rock français des années 80, tout ça à la fois (c’est déjà pas mal) : tu entends Indochine, Etienne Daho, Le Velvet Underground, The Drums, The Raveonettes (si vous connaissez ne serait-ce que la moitié des groupes ou artistes cités, vous savez que ça vaut la peine d’écouter)…C’est des riffs et un son reverb qui te marquent tout de suite et qui donne du plaisir à la vitesse d’un grand 8. Tout ça, en français. Et là, t’es fier de citer ce groupe « français » à tes amis. Ce 1er essai plus que réussi pour ce quatuor plein de promesses respire l’été. Un 1er album pour un groupe de jeunes issus de différents coins de la France et qui se sont rencontrés durant leurs études. Une fine équipe bien inspirée, portée par la douce et mélancolique voix de Marion. Dans ses chansons ? Des histoires (ou historiettes) qu’on a tous vécu…Face à la mélancolie et des récits nostalgiques, la gaieté prends le pas grâce aux mélodies dotées de refrains efficaces et entêtants. Des textes simples, calibrés comme chez nos amis anglo-saxons, avec un travail musical tout aussi semblable à ces mêmes amis anglo-saxons. Efficacité et mélancolie : 2 en 1. Mon coup de coeur de l’été 2016, il est là. Le petit point négatif de cet album, c’est qu’il est tellement beau (apogée atteinte avec Adélaïde : titre pourvu d’un clip) qu’on regrette qu’il soit si court : 9 titres seulement…On attends avec impatience de voir ces Requins croquer de l’audience à juste titre comme l’ont fait par exemple les Hyphen Hyphen l’an dernier. Ce serait amplement mérité. Surtout que les Frero de La Vega ont arrêté je crois..y’a du créneau qui se libère, non, messieurs les programmeurs radio ? (hashtag ironie).

En conclusion…

Un allemand (qui joue maintenant en groupe) qui rappelle trop Coldplay, de l’américain (j’ai finalement pas pu l’éviter, ça) engagé, et des Frenchies qui te mettent l’été dans ta tête comme l’aurait fait Niagara à une époque (euh, ptêt pas Niagara…) Trois albums qui sont en tout points de vue mes 3 plus gros coups de cœur de cette année 2016 (J’ai hésité le top 10 mais j’avais peur que vous décrochiez, ça aurait fait un roman…) Je vous invite, chères lectrices, chers lecteurs amateurs de découvertes pop rock, rock indé à écouter ces artistes qui méritent tant à se faire connaître davantage dans notre cher Hexagone. Et vous ne devez surtout pas hésiter à me dire si je vous ai bien conseillés !

En 2016, j’ai également adoré…

4. X-Ambassadors – VHS 2.0

5. Andrew Bird – Are You Serious ?

6. Marjorie Fair – I am my Own Rainbow

7. Switchfoot – Where the light shines though

8. M 83 – Junk

9. David Bowie – Black Star

10. Run River North – Drinking from a Salt Pond

 

Vince Coen

 

 

Allez vas-y partage !

Vince

Geek de tout

vince-coen has 5 posts and counting.See all posts by vince-coen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *