« Nerve » ou « INTERNET = DANGER !!! »

Avis très rapide en avant-propos sur le film : SYMPA

« Nerve » sorti le 24/08/16 est la dernière réalisation du duo Ariel Schulman/Henry Joost, réalisateurs entre autres des « Paranormal Activity » 3 et 4, donc un film qui fait peur. Que nenni, on est face à un thriller coloré et jeune reposant sur une idée simple : cap ou pas cap ?

 

Le scénario :

Vee, l’héroïne du film
Vee, l’héroïne du film

Vee, interprétée par Emma Roberts (un lien avec Julia ?), est une ado réservée, elle sort peu, est sage, fait des photos, écoute de la musique triste, a une meilleure amie, est amoureuse du capitaine de football du lycée… Bref, elle est en pleine adolescence et essaie de surmonter la perte de son grand frère décédé à 18 ans, âge qu’elle aura tout bientôt. Elle vit donc seule avec sa mère, interprétée par Juliette Lewis (un lien avec Jerry 😉 ) et ne lui avoue pas ce qu’elle veut faire, une école d’art.

On est alors en 2020, futur proche donc où le truc à la mode est Nerve (un lien avec le titre du film…) un jeu où l’on choisit entre être player ou watcher. Le principe est simple, les watchers paient pour pouvoir regarder les players effectuer les défis qui leurs sont lancés. S’ils réussissent ils remportent de l’argent et peuvent atteindre la finale, sinon ils sont éliminés (c’est logique en même temps).

Après avoir essuyé quelques échecs, Vee décide alors de s’inscrire en tant que player, commence alors une folle nuit où elle va rencontrer Ian, interprété par Dave Franco (un lien avec James 🙂 ) qui est lui aussi un player. Sauf que ce jeu propose des défis de plus en plus dangereux…

Je vous fais saliver avec ce pitch… C’est vrai que c’est tentant, voyons voir si le film tient ses promesses.

 

Les personnages :

Une bonne brochette de teenagers clichés américains
Une bonne brochette de teenagers clichés américains

Vee est assez attachante, la performance de la comédienne est correcte et on s’identifie facilement à elle. Le seul souci c’est que son évolution de personnage est très rapide, en l’espace d’une nuit elle passe d’une fille sans aucune confiance en elle à miss je pèse dans le game.

Ian est ce qu’on pourrait appeler le mec parfait, il est drôle, beau gosse, casse-cou mais pas trop, gentil, attentionné… Bref, il est PRESQUE parfait (subtilité quand tu nous tiens) il possède aussi sa part d’ombre. Comme pour Vee, l’interprétation est correcte, le frère Franco (je vous l’avais dit qu’il y avait un lien 🙂 ) colle parfaitement au rôle et le duo fonctionne bien et porte le film.

Les personnages secondaires sont assez clichés (il faut bien le dire) à commencer par la mère de Vee (qui est créditée comme cela) qui ne sert juste qu’à s’inquiéter pour sa fille, rien de plus. Autant dire qu’on la retire du film c’est tout comme. Il y a le cliché du mec nerd amoureux de l’héroïne qui n’arrive pas à lui avouer ses sentiments mais qui l’aide grâce à ses qualités d’informaticien hors-pair, la meilleure amie pouffiasse mais qui derrière sa carapace cache un petit coeur fragile… Enfin bon, les persos classiques d’un teen-movie, rien de bien original mais ça fonctionne.

 

La réalisation :

Faut avouer que c’est beau, ce film est beau
Faut avouer que c’est beau, ce film est beau

Je dois bien avouer que je n’avais jamais vu de film réalisé par ce duo, mais bon dieu que « Nerve » est bien réalisé 🙂

Multiplicité des angles de caméra, travail sur les lumières et les couleurs avec les éclairages de la ville (le film se passe principalement de nuit) et surtout toute la surcouche informatique.

Je m’explique, le jeu Nerve nécessite d’utiliser un smartphone, du coup les réalisateurs on diversifiés les points de vue, passant de la caméra extra-diégétique (mot compliqué pour parler de la caméra qui n’est pas dans l’histoire, celle qui filme l’action) aux caméras des téléphones, donc intra-diégétique. On passe ainsi dans les écrans de nos smartphones, on voit les icônes, les gens jouer, etc… C’est tout simplement dynamique et agréable à voir. De plus, je pense avoir vu l’une des meilleures intros impliquant un ordinateur de ma vie pour présenter un personnage et une situation (rien que ça).

Le film traverse plusieurs genres, passant ainsi du teen-movie au thriller en passant par la comédie romantique déjantée ou l’action, mais ne nous perd jamais, expliquant clairement son propos sans être trop insistant : nous sommes dépendants d’internet et cela peut nous nuire. Le sujet est fort, grave… Malheureusement la fin est décevante et on touche là à la limite du film, il est trop aseptisé. Le danger pesant du film est désamorcé à la fin et gâche la bonne impression de départ. Le film est bon aux trois-quart, mais il fallait finir en apothéose et non pas en eau de boudin.

Le film contient aussi quelques défauts, un changement de rythme assez brusque qui peut déconcerter certains spectateurs, des clichés en veux-tu en voilà et le personnage de la mère. Mais il faut mettre à son crédit la sélection musicale de qualité (spéciale dédicace Wu-Tang Clan) et le montage qui va avec.

À noter une certaine finesse dans la relation créée entre faire son deuil et passer à l’âge adulte, supporter la perte d’un être cher et la perte de son innocence enfantine. Universel et efficace.

 

Conclusion :

Le film repose sur leurs épaules, accepteront-ils le défi ?
Le film repose sur leurs épaules, accepteront-ils le défi ?

Un bon cru avec une léger arrière-goût une fois fini. Le film arrive à être original dans sa mise en scène avec un concept simple (cap ou pas cap) un thème fort (le danger des réseaux sociaux) et des personnages clichés (bon sang la mère). Mais le pari n’est pas tenu jusqu’au bout et c’est bien dommage. Je vous conseille quand même le visionnage, le film reste divertissant et son sujet peut permettre de débattre.

La juste note de vanRage : 6/10

Allez vas-y partage !

vanRage

Chroniqueur cinéma

vanrage has 16 posts and counting.See all posts by vanrage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *