Master of None, la série d’Aziz Ansari. Analyse et avis.

Valet de tous les métiers, maître d’aucun,

ou plutôt devrais-je dire « Master of None », la série de l’humoriste Américain Aziz Ansari. Un titre parfaitement trouvé pour cette oeuvre qui nous transporte dans la vie de Dev Shah, un jeune trentenaire d’origine indienne résidant à New York et rêvant de devenir un grand acteur de cinéma.

J’ai trouvé cette série vraiment sympa, voilà, vous connaissez mon avis. Et vous savez aussi étant donné que vous me lisez souvent 😉 , que je suis un éternel optimiste et que je contemple le monde de l’art avec un regard bienveillant. Pour cette raison j’ai souvent de l’embarras à dire du mal d’une oeuvre cinématographique. Ou c’est peut être le fait que si je n’aime pas, je ne regarde pas ?!? Mais promis, je vais m’améliorer au file de mes chroniques. Mais bon, tout ce qui peut être fait aujourd’hui peut l’être un autre jour. Pour l’heure…

Revenons à nos moutons,

et autant dire que j’ai enchaîné coup sur coup les épisodes. En début d’article j’ai traduit l’expression anglaise « jack of all trades, master of none » littéralement par « valet de tous les métiers, maître d’aucun » pour vous forcer à plonger dans l’univers de Master of None et comprendre où Aziz Ansari voulait en venir. J’ai trouvé cette série très réflectrice de notre vie de simple quidam et de notre recherche permanente du bonheur. N’exceller en rien, mais faire du mieux qu’on peut pour avancer, voilà la morale implicite de l’histoire.

masterofnone

Parler des choses de la vie, du quotidien, des emmerdes, des joies, avec un humour propre à Aziz Ansari, on retrouve là sont autobiographie et l’esprit de ses one man shows.

Série rythmée ? Oui, mais pas trop. En effet, c’est une dramédie, et c’est une série… Pourquoi aller vite ? A l’instar de la vraie vie, les détails de celle-ci sont importants, la « lenteur » du scénario permet au téléspectateur d’appréhender les personnages, de les connaitre, de s’y attacher et de s’y identifier. Des personnages d’une diversité fascinante et attachante, symboles d’une mixité, sujet essentiel pour Aziz Ansari. On y retrouve d’ailleurs ses propres parents, drôles et sympathiques. Quand on aime Woody Allen, on accroche forcement. Le décor est planté petit à petit… Et la fin de la saison arrive sans crier garde et on en redemande.

Allez, patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. La saison deux est prévue pour avril 2017… Et Dev Shah mangera des pâtes en Italie. Yummy ! À vos télécommandes… Ou vos souris… Ou doigts si vous utilisez une tablette… Enfin vous l’aurez compris, matez Master of None !

Allez vas-y partage !

T.Kindred

Je suis Chatmanaute et fier de l’être ! J’aime manger Libanais et je suis un addict de fitness. J’aime l’univers DC Comics et Marvel, je suis un fan d’anticipation et de dystopie.

toni has 9 posts and counting.See all posts by toni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *