Marvel’s Iron Fist : la force (un peu trop) tranquille

Salut tout le monde!

Je viens vous présenter aujourd’hui la série Marvel’s Iron Fist, créée par Scott Buck et sortie par Netflix il y a quelques jours. Comme tout héros qui se respecte, le bel Iron Fist est tiré du personnage de comics du même nom.
Ce sera donc le dernier visage qu’on attendait pour la série promise par Netflix cette année: The Defenders. Il évoluera à côté de Luke Cage, Daredevil et Jessica Jones… sacré concurrence!

Qui est donc cet homme à l’allure de Pablo Escobar devenu moine tibétain sur ces affiches qui inondent les métros parisiens?

 

LE SCÉNARIO
Le scénario est plutôt sympa, très Marvelesque avec les gentils vs les méchants, quelques gentils qui font parti du clan des méchants mais qui restent gentils pendant que les méchants eux restent méchants… Oui on a compris c’est tout de même un scénario tout ce qu’il y a de plus classique.

Après franchement je ne m’attendais pas à plus de la part de la production car les personnalités des personnages et les scènes de combats remportent toute l’attention du spectateur.
Selon moi il n’y a quand même pas beaucoup de fond dans l’histoire, une lutte contre la Main sans trop d’explication, l’Iron Fist est programmé pour ça et on va devoir s’en contenter. Un peu dommage. Après, à voir comment se termine la saison 1 (et… non je ne dirai rien!!) on a pas trop hâte de découvrir la deuxième mais les dernières secondes picotent quand même la curiosité.

 

 
LES PERSONNAGES
Le héros principal, le beau Danny Rend laisse planer pas mal de mystère autour de lui, surtout de son passé et ça on adore! Son côté crédule qui se bat contre l’injustice et qui se confronte au mauvais côté de l’Homme parce qu’il y est contraint lui donne vraiment un côté attachant. On a toutes crues qu’il allait redevenir beau et abandonner son look de chemineau quand il retrouve sa meilleure amie la belle Joy Meachum (à vos souhaits) mais non ! Le héros de comics en tenue moulante restera pour nous en pull hippie et sandales, *tears*.

Ce que j’ai vraiment préféré dans les personnages c’était la psychologie torturée et les relations étranges qu’il pouvait exister entre Harold et Ward Meachum (qui sont père et fils soit dit en passant alors qu’ils sont frères dans le comics…). Le harcèlement moral est vraiment poussé à son paroxysme pour aboutir à des scènes ultra violentes mais au moins c’est un point qui est vraiment souligné… et les psychopathes comme moi sont comblés.
Dommage cependant que la dangerosité du père qui s’accroît à mesure qu’il ressuscite ne soit pas plus mise en avant, et d’ailleurs sait-on comment un tel miracle est possible? On ne sait toujours pas quel lion Harold Meachum a mangé, l’explication est assez floue et c’est frustrant pour les fans comme moi qui aiment comprendre le pourquoi du comment !

Pour les actrices présentes, on a la chance de voir évoluer la belle Jessica Stroup, pas très utile à l’histoire certes mais elle apporte quand même une touche de douceur dans ce monde de brutes. En opposition avec la sauvage Jessica Henwick qui incarne Colleen Wing, elle ferait presque de l’ombre au héros avec sa grâce et son niveau plus qu’excellent (et sans super pouvoir attention!).

 

LA RÉALISATION

Pour ce qui est de la réalisation j’ai été agréablement surprise par un côté très combats « Tekken » avec des répliques où les personnages semblent s’inviter à se battre. Un petit vent de nostalgie avec un suivi de caméra digne des meilleurs jeux de combats et des enchaînements aussi improbables que stylés.
Nous n’avions pas encore rencontré de héros Marvel autant inspiré par un moine Shaolin (quoi que l’intervention de Chirrut Imwe dans Rogue One: A Star Wars Story nous donnerait presque l’impression qu’ils deviennent tendance). Après on alterne des scènes d’arts martiaux avec des mutilations sanglantes, un peu incohérent mais frissons garantis!
J’aurais une autre petite frustration à partager, je ne sais pas si je suis la seule à vouloir en savoir plus sur ces 15 mystérieuses années et surtout à vouloir voir K’un L’un bon sang!!! Pourtant en 13 épisodes on avait le temps mais le suspense reste entier.
Enfin, malgré les avis mitigés pour ne pas dire parfois cassants pour la nouvelle série Marvel, j’ai trouvé ça assez divertissant, l’histoire n’étant pas vraiment complexe ni poussée c’était disons… relaxant!
A voir mais ne pas s’attendre non plus à la série du siècle.

Allez vas-y partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *