« Juste La Fin Du Monde » ou « XD la France »

Avis très rapide en avant-propos sur le film : BOULEVERSANT.

« Juste La Fin Du Monde » sorti le 21/09/16 est le dernier film de Xavier Dolan, le jeune prodige québécois qui s’est fait découvrir avec « J’Ai Tué Ma Mère » alors qu’il n’avait que 20 ans, avant d’être consacré à Cannes avec son formidable « Mommy ». Il traite toujours, ou presque, de la mère et de l’homosexualité dans ses films, les écrit, réalise, monte, conçoit les costumes, sélectionne les musiques… Un touche-à-tout avec du talent en somme.

Va-t-il couper le cordon avec ce film au casting français ?

 

Le scénario :

Louis doit annoncer sa mort prochaine… Ulliel est bouleversant (et bouleversé)
Louis doit annoncer sa mort prochaine… Ulliel est bouleversant (et bouleversé)

Louis, interprété par Gaspard Ulliel, est un auteur a succès de théâtre. Il sait qu’il va mourir, il décide alors de retourner voir sa famille qu’il n’a pas vue depuis 12 ans pour leur annoncer cette terrible nouvelle. Ce repas familial dominical réunit donc sa mère Martine, interprétée par Nathalie Baye, son frère aîné Antoine, interprété par Vincent Cassel, sa petite sœur Suzanne, interprétée par Léa Seydoux, et la femme d’Antoine, Catherine, interprétée par Marion Cotillard. On peut parler de retrouvailles gênées, Louis ne sait pas quand annoncer sa nouvelle, il rencontre pour la première fois sa belle-sœur, Antoine a l’air de vouloir lui faire payer quelque chose…

Ce synopsis est très court car l’intrigue est courte, l’histoire se déroule sur une journée et chaque séquence a son importance. Le scénario est adapté d’une pièce de théâtre du dramaturge français Jean-Luc Lagarce, il l’écrivit alors qu’il savait qu’il allait mourrir du SIDA. Je ne fais donc pas le parallèle entre l’auteur et son personnage principal, il me parait évident. Je n’ai pas lu l’oeuvre originale, mais la pièce semblait très bonne, en tout cas le scénario du film l’est. Les dialogues sont justes et on est happé par l’histoire qui nous est racontée, celle d’un repas de famille qui semble banal sans l’être.

 

Les personnages :

Toute la famille se réunit, le repas s’annonce « sympathique »
Toute la famille se réunit, le repas s’annonce « sympathique »

Louis est le personnage principal du film, il est taciturne, semble désintéressé par ce qui se passe devant ses yeux. Il est auteur, est celui qui est parti pour la grande ville, celui qui a « réussi ». Interprété par Gaspard Ulliel, le personnage arrive à ne pas être désagréable malgré le peu d’estime qu’il porte pour le reste de sa famille. Je n’ai jamais trouvé qu’Ulliel était un grand comédien et j’étais même étonné du choix de casting fait par Dolan pour ce rôle, mais quelle claque. Ulliel colle parfaitement au personnage.

Martine est la mère de Louis, elle est fantasque, parle beaucoup, est nostalgique. Elle essaie tant bien que mal que le repas se déroule bien malgré l’animosité ambiante. Interprétée par Nathalie Baye, elle est touchante dans certaines séquences et l’actrice joue bien son rôle. Rien à ajouter, le casting est logique par rapport au personnage.

Antoine est le frère aîné de Louis, il parle peu sauf pour se moquer des autres, est agressif. Il ressemble au frère que personne ne veut avoir. Interprété par Vincent Cassel, il semble être rempli de remords, rôle parfait pour Cassel. Là encore le choix du comédien colle parfaitement avec le personnage et l’interprétation est de qualité.

Suzanne est la petite soeur de Louis, elle est jeune, belle, fume, boit… Elle est la fille qui veut quitter le cocon familial sans y arriver. Interprétée par Léa Seydoux, le personnage est attachant. Quel exploit de la part de Dolan, Léa Seydoux joue bien dans un film et ça je ne l’avais encore jamais vu. Et elle arrive à être attachante, c’est dire l’exploit.

Catherine est la belle-soeur de Louis, la femme d’Antoine, elle parle très peu, surtout de ses enfants, veut bien faire avec la famille de son mari. Interprétée par Marion Cotillard, elle est hésitante mais touchante. Encore une fois très belle performance de la part de la comédienne, le rôle est parfait et on a là du très bon Cotillard comme elle sait le faire.

 

La réalisation :

L’importance des premiers plans flous… Le film est magnifique
L’importance des premiers plans flous… Le film est magnifique

Gros morceau que de parler de la réalisation de ce film. Tout d’abord il faut parler de sa thématique, celle du non-dit, du message qu’on arrive pas à faire passer, du flou… Et bien ce flou, Dolan va physiquement le représenter à l’écran. Chaque cadre travaille la profondeur de champ, mais d’une façon presque excessive. La zone de netteté est très réduite, le flou est presque plus présent à l’écran que le net, chaque personnage entre et sort de cette zone à tout bout de champ. Le résultat est étonnant, déstabilisant, mais magnifique. Visuellement le film est tout simplement sublime. En ajoutant le travail sur la lumière avec des teintes tantôt chaudes, tantôt froides, mélangeant des couleurs improbables comme du orange avec du violet, le résultat reste beau. Chaque cadre est travaillé dans sa composition. Point de caméra portée, ici les plans sont fixes, les mouvements de caméra fluides et légers. Gros travail visuel en somme.

Mais au niveau sonore le film ne démérite pas non plus, le montage son est de qualité, le mixage travaillé permettant d’instaurer des ambiances prenantes. Et surtout, et comme souvent chez Dolan, la musique est parfaitement intégrée à l’histoire. Par exemple l’utilisation de « I Miss You » de Blink 182 en fond sonore lorsque Suzanne explique que Louis lui a manqué, simple mais efficace. Les flashbacks sont parfaits aussi dans leur utilisation de la musique, surtout un en particulier utilisant un tube des années 2000 dont je me cacherais de révéler l’existence, ça fonctionne terriblement bien.

Je précise que le film peut se voir et se revoir sans soucis, l’intrigue se concentrant sur les personnages et sur leurs émotions, le réalisateur ne nous dit pas ce qu’il faut comprendre, on doit le deviner grâce au jeu des comédiens et à quelques lignes de dialogue. Le film trouve sa force dans son déroulé et non pas dans sa conclusion, et ce n’est pas un défaut. Certaines personnes seront déçues de cette fin, ce n’est pas mon cas.

 

Conclusion :

Un film magnifique, tout simplement.
Un film magnifique, tout simplement.

Encore une fois Dolan traite de ses thématiques préférées avec force, on a affaire à un grand film. Pour moi il est du même acabit que « Mommy » tout en restant différent dans son traitement. Tous les comédiens sont bons, visuellement c’est magnifique et l’émotion est encore une nouvelle fois au centre de son récit. Ça touche le spectateur en plein coeur. Je ne peux que vous conseiller de voir ce film, vous en sortirez grandis.

La juste note de vanRage : 9/10

Allez vas-y partage !

vanRage

Chroniqueur cinéma

vanrage has 16 posts and counting.See all posts by vanrage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *