Les De La Soul anonymes sont enfin de retour !

Ring Ring Ring Ha Ha Hey!

Cela faisait 11 ans que De La Soul, les auteurs de ce tube interplanétaire, n’avait pas sorti d’album! Il était donc attendu avec impatience!

Sorti le 26 août, « And The Anonymous Nobody… » a été financé par…vous! Hé oui plus de 11 000 contributeurs ont permis de rassembler la somme de 600 000 $ sur kickstarter. C’est donc une première explication du titre de l’album puisque c’est grâce aux anonymes qu’il a pu voir le jour.

delasoul_chatmallow_01

All samples cleared

Pas de samples ici, que des vrais musiciens. Pour éviter les démêlés judiciaires, les trois compères ont donc abandonné ce qui avait fait leur renommé : les trouvailles et la profusion de samples qui ont contribué au succès du classique 3 Feet High And A Rising. On en vient à la deuxième explication du titre de l’album : « The anonymous nobodies » sont crédités à la production de la plupart des morceaux. A priori, il s’agirait du bassiste Kaveh Rastegar, du percussionniste Davey Chegwidden, du batteur Supa Dave West et du guitariste Joshua Matthew Lopez ou peut-être qu’il s’agit d’un pseudo que les De La Soul se donnent.

Les compositions sont donc fournies avec des titres pouvant contenir une centaine de pistes différentes. Les cordes sur GenesisIn memory of…(US) et Exodus sont sublimes notamment sur le premier titre du morceau où les musiciens interprètent un des plus beaux thèmes du cinéma : Love Theme d’Alex North pour le film Spartacus. Ce choix n’est pas anodin puisque Jill Scott déclare que c’est lorsqu’on n’y croit plus qu’il est important de croire en ce qu’il y a de plus cher à tes yeux.

When do you think it’s time to love something the most, child? (…) It’s when it’s reached its lowest and you don’t believe in it anymore

SnoopiesDrawn et Here In After comportent plusieurs parties ce qui donne énormément de profondeur à l’album.

Pour sa troisième collaboration avec les rappeurs, Damon Albarn (après Feel good Inc et Superfast Jellyfish) a créée une partie plus aérienne pour son couplet sur Here In After.

Sur un texte très intime,  Dave raconte comment il a fait face à la mort de plusieurs proches (sa mère, son père et son ami Fudge) :

Took a long time cryin’, cryin’ ain’t a crime
I got my mom, she passed away, my daddy ain’t alive
Before they murdered Fudge I prayed for more time
Had y’all on my mind all week

De La Soul and co

En revanche, le groupe n’a pas invité d’anonymes mais une pléthore d’artistes de tous horizons musicaux dont Jill Scott, Snoop Dogg, Damon Albarn (Blur/Gorillaz), Estelle, Little Dragon, Pete Rock, David Byrne.

Leur univers respectif se juxtapose à celui du trio.

Ainsi dans Snoopies la pop/électro de David Byrne des Talking Heads vient se frotter au Hip Hop à la sauce De La Soul.

Grâce, je dois l’avouer, à une intervention sans artifice de Snoop Dogg Pain est le titre le plus funky de l’album. Son flow se fond à la basse ronde sur lequel repose ce titre.

Memory Of…(US), avec Estelle et Pete Rock, est représentatif de l’identité de cet album : une production léchée (avec cette très belle introduction cordes/cuivres), des featurings bien senties (Il suffit à Pete Rock de placer des « huh » et des « han » pour se faire remarquer),  un refrain extrêmement entêtant et des textes percutants.

Posdnuos fait un subtil jeu de mot entre mono/monogamie et stéréo/polygamie pour tacler la fâcheuse tendance qu’ont les hommes  à ne pas être fidèle :

Your words spoken in mono for monogamy
Telling me I had to go cause I chose
Stereo for stereotypical male biology

Le verdict de Chatmallow

C’est un album soigné, généreux à l’image de De La Soul, très agréable qui ravira tout le monde aussi bien les amateurs de rock que les fans de Hip Hop. Plus on l’écoute, plus on l’apprécie. Et plus on découvre de nouveaux éléments qui nous ont échappé auparavant : des riffs de guitare, des paroles sensées, la richesse des compositions… Il va très vite devenir un classique de la Pop Culture.

De La Soul répond aux défaitistes qui répètent que personne ne peut sauver le Hip Hop. Au contraire, preuve en est avec cette album, ils ont toujours su innover, se remettre en question. Ils peuvent aisément endosser le rôle des sauveurs du Hip Hop. Oui, ce nobody c’est eux.

http://www.wearedelasoul.com/

Allez vas-y partage !

DjTofu

Bercé au Hip Hop, les samples et ma curiosité insatiable m’ont fait découvrir des multitudes de genres, pépites et univers. Véritable glouton, j’ingurgite tout ce que j’écoute pour partager mes coups de cœur et news.

djtofu has 3 posts and counting.See all posts by djtofu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *