Batman Lego Movie

La nouvelle aventure des briques préférées des petits et des grands a débarqué sur grand écran ce 8 février. Surfant sur la vague d’un succès annoncé, la franchise a-t-elle réussi à se renouveler ?

Mon sourire quand je suis entrée dans la salle de ciné.

Batman a enfin son film Lego après avoir volé la vedette d’Emmett dans le film précédent ! Gadgets à gogo, ego surdimensionné, et ennemis à sa poursuite. Sauf que le Chevalier Noir refuse de s’engager dans une relation quelle qu’elle soit et de ce fait, il n’accorde pas au Joker le titre tant désiré de « Pire Ennemi ». Ce dernier se vexant donc, il décide de s’allier aux pires vilains de la pop culture pour détruire Gotham.

Batman n’aura pas d’autre choix que d’accepter de s’ouvrir et faire confiance aux gens qui lui sont proches, son fidèle Alfred, l’adorable Robin et la nouvelle commissaire de Gotham : Barbara « Babs » Gordon.

Sur le papier, tout est fait pour que le film soit une réussite. Et beaucoup de situations fonctionnent parfaitement, d’autant que les petites briques se prêtent parfaitement aux envies folles des réalisateurs et l’idée des constructeurs est à nouveau reprise, ce qui laisse à la fois rêveur et passablement rageux de galérer autant avec trois briques. Les références pour la geek que je suis ont été une vraie bonne surprise, car une fois passé les méchants de « base » genre Méchant-Sans-Nez-N’aimant-Pas-Un-Certain-Sorcier ou Oeil-Unique-Aimant-Les-Bijoux, on a aussi des clins d’oeil un peu plus poussés et la vue de bestioles des 80’s ou de mes chers Daleks a fait mon bonheur. Mais les références ne s’arrêtent pas à la culture en général, et se font un peu plus poussées et pointues en s’aventurant du côté des aventures précédentes du Chevalier Noir, cinématiques comme télévisuelles.

Et un premier point négatif se dégage malgré les excellentes idées qui se succèdent. La réalisation étant presque épileptique, on en arrive à vite lâcher ce qu’on voit pour se concentrer sur les détails, et sur ce qu’on pourrait reconnaître ou non. Il n’y a quasiment pas une seconde de répit, ça crie partout, ça explose de la briquette, ça t’en assemble encore à côté et tu ressors de la salle un peu éreinté mais content, parce qu’en définitive, le film fait le job. Il te divertit, il te fait sourire, voire rire, et au petit jeu de la culture DC, je me rends compte que je n’ai pas à rougir ! Certaines punchlines font mouche et gros point positif, aucune chanson ne reste plus de 30 secondes dans la tête ! Mais là aussi, un autre point négatif se dresse, et se fait plus important. Le film ne cache pas ses intentions de vouloir se faire « cool », plus cool même que La Grande Aventure. Et parfois ça se sent presque à outrance et de ce fait, on va vite céder à la tentation de lever les yeux au ciel ou de faire un discret facepalm. Et c’est en cela que le film pêche.

Et dans cette avalanche de coolitude affichée, Batman est le premier en ligne de mire. S’il était vraiment drôle dans La Grande Aventure, ici les vannes et les punchlines sont poussées au paroxysme et très vite on se rend compte que les meilleurs moments étaient contenus dans la bande annonce. Les siens du moins. Si on y voit, malgré tout, les failles et les doutes de Bruce Wayne, la vedette lui est volée par ses side-kicks. Robin a ce côté attachant et enfantin que pouvait avoir le Robin des années 50 et Alfred reste le père de substitution bourré d’humour anglais. Et enfin, le Joker. Parfaitement doublé, parfaitement animé, ce Joker rattrape de loin tout ce qui a pu être fait dernièrement et il incarne à la perfection la relation si particulière qu’il entretient avec Batman. Tout en restant dans l’humour, on peut voir toutes les subtilités et les côtés noirs qui les unissent. Et les personnages bénéficient d’un casting doublage en or massif. Will Arnett, Zack Galifianakis, Michael Cera, Rosario Dawson, Ralph Fiennes et j’en passe sont tous parfaits et on sent que l’éclate était présente durant tout le tournage. Mention spéciale à Superman doublé par Channing Tatum, ce qui a valu une mini ola dans la salle de cinéma de ma part (et de mes hormones).

En bref, Batman Lego Movie n’est pas la super réussite que j’attendais. Il grouille d’excellentes idées mais pêche par une réalisation brouillonne et qui se repose beaucoup trop sur ses acquis. Malgré tout, il reste un excellent divertissement qui plaira au plus petits comme aux plus grands.

Allez vas-y partage !

Sophie.

Fille provinciale perdue à Paris, j'aime aller où il fait noir pour me cultiver.

soparra has 2 posts and counting.See all posts by soparra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *